Avant un séjour à l’étranger j’aime bien parcourir des blogs parlant de la destination où je me rends.
Seulement, si Martin, cet illustre inconnu, a adoré le musée de Pakalou ou si Martine l’a détesté,  cela ne sera pas forcément mon cas. D’où l’idée pour ces souvenirs du Sri Lanka de faire un récap’ sous forme de « LU versus VÉCU » ou « expectative VS réalité ».

Lu : «  On peut faire sa demande de visa, une fois sur place, à l’aéroport ».

Malgré plusieurs tentatives sur le site officiel, impossible d’obtenir l’ETA avant le départ. Appréhension mais décollage sans le document. Effectivement, après l’atterrissage et avant de passer l’immigration, l’on trouve aisément le papier à remplir et le bureau où régler.

Lu : « On se déplace très facilement ».

Arrivant à 1h du matin à Colombo, les bus/train ne partant que le lendemain matin, la question d’y passer la nuit s’est posée. Pas la peine, il y a pléthore de taxi desservant (à priori) toute l’île. Et cela n’a jamais été un problème de trouver un véhicule par la suite (dans la rue, via les hôtels…).

 

tuk-tuk

 

Lu : « GALLE, une ville à voir et qui peut se visiter en une journée ».

La balade le long des remparts, de cette ville fortifiée, est très agréable. Il y a du monde certes, c’est très touristique mais la vie locale semble y suivre paisiblement son cours (élection, séance de cricket, couple qui admire le coucher du soleil…). Joli temps, suspendu un moment par les influences hollandaises et la pluie diluvienne.

 

phare deGalle

remparts Galle

Repas à Galle

rue de Galle

Galle

Lu : « Les plages sont souvent impraticables ».

Sur la côte de Tangalle se succèdent des plages aux sables dorés mais battues par le vent. Périlleux de s’y baigner. Cependant au bout de la plage de GOYAMBOKA, une merveille de crique existe. Un havre de paix. Eau clair, eau clair. Poisson frais et paon perché. Coup de cœur assuré.

crique Goyamboka

 tuile et sable à Goyamboka

Crique de Goyamboka