On ne se sent jamais autant français qu’à l’étranger ou en échangeant avec des étrangers.
Cela est également vrai à toutes échelles. Région Vs région, département vs département, commune vs commune voisine, voisin vs voisin, vacances vs vacances.

« Comment ça la St Ouine ne désigne pas n’importe quelle fête foraine mais seulement celle de St Malo ?! ». « Comment ça le beurre n’est pas obligatoirement salé ?! ». « Comment ça le festival de musique a lieu en pleine ville et pas dans un champ? ». « Comment ça il y a du céleri dans les moules ?! »…

Autant de moments où l’on prend conscience de ces particularités que l’on a intégré, sans même y penser, et qui ne sont pas propres à l’ensemble de la France, qui sont propres à chacun. L’influence de l’environnement, l’habitus toussa toussa…qui s’expriment de manières diverses et variées.

« Comment ça tu allais à la montagne en été ?!!!! mais pourquoi ?!!! ».

Dans mes souvenirs, hormis les séjours à l’étranger ou en France pour visiter la famille éparpillée, et hors période estivale, on ne bougeait pas.

L’été c’était à la maison, à Dinard. Et je n’aurais jamais pu imaginer que l’on puisse passer son été ailleurs qu’à la mer (toujours du mal à le concevoir d’ailleurs).

Pas de souvenirs familiaux de longs trajets en voiture accablés par la chaleur. Pas de maison que l’on loue chaque année et de voisins que l’on retrouve. Pas de camping. Pas d’arrêt « village-étape ». Pas de montagne ?!!!!

Tout cela, je l’ai découvert en accompagnant  mes voisins qui avaient une maison dans l’Hérault. La rivière, l’eau douce, les bals du Sud…révélations incroyables.

Pour autant, comment ne pas adorer ces vacances à domicile. La plage tous les jours. Les jeux dans le sable, dans l’eau, tous les jours. Le sachet de bonbon à 1 franc sur la digue. La plage de la préadolescence, puis la plage de l’adolescence, tous les jours, avec les potes. Les parents se relayant pour nous déposer et nous récupérer.

Comment ne pas adorer ces journées qui duraient une éternité (un peu moins celles où il fallait  accompagner les amis, la famille qui s’étaient, eux, déplacés, pour passer leurs vacances à la mer, au Mont-St Michel…).

Comment ne pas être reconnaissant d’avoir eu la chance de vivre, à l’année, en vacances.

Montage photos Dinard