Avel Su (Vent du Sud en Breton, pseudonyme qui fait référence à sa région natale et à sa région de cœur) est auteur-compositeur-interprète.
Son style pourrait être défini comme de l’afro-folk; de la chanson française (guitare/harmonica) emprunte des souvenirs de ses 11 années passées en Afrique. Impliqué dans divers projets culturels à Dinard et ses alentours, il s’attèle notamment à l’animation de la web radio Breizh Fox Radio.


MUSIC :

 

  • Premier souvenir musical ?

    Un souvenir inoubliable. On était une bande de copains, d’ados, à Brazzaville et on s’est retrouvé, à faire la première partie de Freddy Kebano, une grande star de la musique congolaise. Donc, nous, petits Moundélés (« homme blanc ») sur une scène où il n’y avait que des congolais, face à un public que de congolais, filmés par la télé congolaise…c’était complètement improbable ! On a joué notre première compo, Song of Jimmy. Je ne sais pas ce qu’est devenu Freddy Kebano mais ça m’a vraiment marqué. C’était vraiment un artiste généreux, un type extraordinaire. On avait sympathisé et tous les dimanches quand j’avais 16, 17 ans, je prenais ma mobylette et j’allais boire une limonade chez lui, parler musique. Des souvenirs incroyables.
  • Et ton dernier souvenir significatif, en ce qui concerne la musique ?

    Alors, avec ma compagne Carole nous avons un duo (en dehors de mon projet individuel) mais nous n’avions pas mis les pieds sur une scène ensemble, depuis 2009. Il y a quelques mois, nous avons eu l’occasion de jouer au Bar Rock Café et on a vraiment eu l’impression que notre denier concert remontait à à peine quelques semaines et non plusieurs années. L’énergie était là comme avant, magique. On a vraiment apprécié, renouer avec la scène, retrouver le plaisir de chanter. On ne sait pas si les gens ont apprécié mais nous, nous avons passé un super moment.
  • Un morceau infaillible ? pour une soirée réussie, un tête-à-tête…Deux morceaux me viennent à l’esprit : la reprise de Bob Dylan par Jimi Hendrix « All along the watchtower ». A tomber par terre. Et un titre qui me bouleverse chaque fois, I’m Calling You, du film Badgad Café.
  • Un morceau inavouable ? un morceau que tu écoutes en cachette…Ha un morceau totalement « variétoch » mais que j’adore, lié à l’histoire de ma mère. « C’est la vie, Lily » de Joe Dassin mais chut on ne dit rien !


LIFESTYLE/VOYAGE :

 

  • Premier voyage significatif…Quand ma mère est décédée, j’ai eu la mission de conduire son perroquet dans sa nouvelle famille d’accueil à Biarritz. J’ai donc fait le trajet St Raphaël – Biarritz. Un trajet épique avec ce perroquet, forcément et très émouvant. Et puis la claque quand j’ai découvert Biarritz ! Comme quand j’ai découvert Dinard, une ville où je me verrais bien vivre également.
  • Dernier voyage ? Significatif…

    A l’inverse, la Touraine ! Un ciel bas, des corbeaux, que des vignes…on y a passé 9 mois non merci, terminé…une très mauvaise expérience.
  • Destination infaillible ? qui plaît à tous les coups…

    Dinard évidemment ! Je ne suis pas un grand voyageur, peut-être parce que j’ai eu mon compte de voyages. Je suis plutôt casanier et la Bretagne était vraiment un vieux rêve. Du coup pour l’instant, je ne bouge pas, j’en profite à fond !

 

FOOD :

 

  • Quel est ton premier souvenir culinaire ?

    Alors mon premier souvenir ce sont tout simplement les avocats que l’on mangeait à Brazzaville, au Congo. Déjà ils étaient énormes, ça te faisait un repas entier ! Et le goût, j’ai encore le souvenir bien net du goût, puissant, rien à voir avec les avocats d’Israël.
  • Et ton dernier souvenir significatif, en ce qui concerne la nourriture ? Je dirais l’année dernière, à l’occasion du réveillon. Nous étions invités chez des amis et même si je pratique le végétarisme depuis quelques temps, j’ai mangé de l’agneau. Et pour la première fois, rien à voir avec le goût, je n’ai pas aimé ça. En fait, nous ne sommes absolument pas 100% végétariens, nous mangeons du poisson, des crustacés…mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser à ce bébé animal. Je n’avais pas osé refuser.
  • Une recette infaillible ?

    Perso, je suis très mauvais cuisinier, c’est plutôt Carole qui s’y colle. Et souvent quand nous invitons des amis elle prépare un chili végétarien, qui a toujours du succès. L’idée ce n’est absolument pas d’imposer un repas sans viande mais, ayant décidé de limiter notre consommation pour diverses raisons personnelles (économiques, sanitaires, éthiques…), de partager un plat chaleureux, qui plait à tous. La plupart ne remarque même pas qu’il n’y a pas de viandes. Il y a vraiment eu une grande évolution dans l’offre végétarienne, que ce soit au niveau des produits, des recettes !
  • Une recette inavouable ? un plaisir coupable…Pour le coup, complètement inavouable pour un végétarien …un bon saucisson ! Un saucisson corse, aux cèpes…avec un pain de campagne et un verre de vin.

 

DINARD & ALENTOURS :

 

  • Premier souvenir significatif du coin ?

    Alors ça va être lié à une personne. C’est quand Gaëlle Blanchez, apprenant que je cherchais un local pour mon atelier de chant, m’a appelé pour me proposer gratuitement ces locaux. J’ai été tout d’abord agréablement surpris et surtout, de cet appel a découlé une super rencontre humaine !
  • Dernier souvenir significatif du coin ? découverte, visite…

    Le Taratata. Cela faisait un moment que je cherchais à y aller. J’y étais déjà passé pour faire des micros-trottoirs mais c’était fermé. Du coup j’étais content de m’y rendre enfin. Une belle découverte !
  • Un lieu infaillible ? pour bien manger, se relaxer, faire rêver...La plage de Longchamp, une tuerie !! T’as des gens qui font du cheval, du surf, qui promènent leurs chiens…c’est un véritable spectacle. Et que t’y ailles n’importe quand, à n’importe quelle heure, n’importe quel jour c’est toujours différent. J’adore cette plage !
  • Un lieu que tu adores mais un peu inavouable ?Notre canapé tout simplement. Assis tous les soirs avec Carole, une tisane et 4 carrés de chocolats dans les mains, un truc de vieux croutons, pas très glamour !

 


Merci Avel!