Six jours au Monténégro, c’est vraiment court et bien que le séjour est été riche en découvertes et facilité par les suggestions reçues en amont (autre avantage à avoir des amis « all around the world »), une rallonge n’aurait pas été superflue.

Quelques jours de plus à se laisser surprendre par l’eau, omniprésente, qui disparaît et réapparait, ébranlant au passage son sens de l’entendement et de l’orientation.
Quelques jours de plus à être dérouté par l’étrange calme et beauté qui se dégagent des paysages, quels qu’ils soient.
Par l’étonnante harmonie quand cohabite pêle-mêle montagnes strictes, églises insulaires, plages guindées, forêts farouches, forteresse bondée, étendues émeraude…vendredi tourisme ou la vie sauvage.


Kotor Perast

Pêle mêle Monténégro

——————————————————————————————————————-

♦ Avoir un garde du corps inclus dans la location airbnb.
♦ Ne pas oser s’arrêter pour photographier la côte de toute beauté danger…
♦ Arrêter de compter le nombre d’églises croisées.
♦ Arrêter de compter le nombre d’individus en slip croisés.
♦ Goûter et apprécier la purée de poivron Ajvar.
♦ Au restaurant, finir par comprendre qu’il faut se fier aux quantités indiquées et commander seulement une entrée (150g).
♦ Arriver trop tard au Porto Monténégro pour tester les glaces Moritz , se régaler al « Posto Giusto » .
♦ Arriver trop tôt à Lovcèn pour manger des beignets « Priganitse », prendre un bout de pain pour un gâteau aux pommes.
♦ Avoir du wi-fi quasiment partout, et en accès libre très fréquemment.
♦ S’enthousiasmer pour les cabines pour se changer, présentes sur toutes les plages.
♦ Boire du vin à 14°…


*Around the world, Daft Punk.